Scrigroup - Documente si articole

Username / Parola inexistente      

Home Documente Upload Resurse Alte limbi doc  

CATEGORII DOCUMENTE





BulgaraCeha slovacaCroataEnglezaEstonaFinlandezaFranceza
GermanaItalianaLetonaLituanianaMaghiaraOlandezaPoloneza
SarbaSlovenaSpaniolaSuedezaTurcaUcraineana

AdministrationAnimauxArtComptabilitéDiversesDroitéducationélectronique
FilmsL'économieL'histoireL'informatiqueLa biologieLa géographieLa grammaireLa littérature
La médecineLa musiqueLa politiqueLa psychologieLa sociologieLe tourismeLes mathématiquesManagement
PersonnalitésPhysiqueRecettesSportTechnique

LE VERBE

la grammaire

+ Font mai mare | - Font mai mic







DOCUMENTE SIMILARE

Trimite pe Messenger

LE VERBE

1. CARACTÉRISTIQUES DU VERBE

·        Le verbe est le noyau du GV (groupe verbal) quand il est conjugué à un mode personnel.



Cet élÈve [n’a pas trÈs bien réussi son examen terminal].

Le noyau du GV : a réussi (verbe réussir au passé composé)

·        Le verbe peut se conjuguer. Il change ainsi de forme selon le mode, le temps et la personne grammaticale auxquels il est conjugué.

Je parlais, tu parles, il parlera, nous avons parlé, parlez, qu’ils parlent.

·        Le verbe est receveur d’accord ; c’est le GN –groupe nominal- (ou le pronom sujet) qui lui donne sa personne et son nombre.

 [Le bénévole] [reçoit des remerciements].

Le verbe reçoit est le noyau du GV. Il reçoit l’accord du GNs Le bénévole, troisiÈme personne du singulier.

2. LA FORME DU VERBE

Le verbe change selon le mode et le temps :

• les modes : indicatif (il travaille), conditionnel (il travaillerait), subjonctif (qu’il

travaille), impératif (travaille), infinitif (travailler) et participe (travaillé,

travaillant).

• les temps : passé (il travaillait), présent (il travaille) et futur (il travaillera).

Le verbe peut Être conjugué à un temps simple ou composé.

Quand il est conjugué à un temps simple (sans auxiliaire), on trouve :

• le radical, qui est la base du verbe et qui exprime l’idée générale du verbe

• la terminaison, qui indique le mode, le temps, la personne et le nombre

Par exemple : vous travaillez : travaill (le radical) ; -ez (la terminaison), celle-ci indique qu’il s’agit du présent de l’indicatif, deuxiÈme personne du pluriel.

Quand il est conjugué à un temps composé, on retrouve l’auxiliaire Être ou avoir et le participe passé du verbe :

• vous avez travaillé : c’est le passé composé du verbe travailler ; il est constitué de – avez, l’auxiliaire avoir, au présent de l’indicatif, deuxiÈme personne du pluriel, – travaillé, le participe passé du verbe travailler.

3.LE REPÉRAGE DU VERBE PAR LES MANIPULATIONS SYNTAXIQUES

·        L’effacement

Le verbe ne peut pas Être supprimé dans le GV puisqu’il en est le noyau.

Les élÈves attendent le brigadier scolaire.

ERREUR : *Les élÈves Ø le brigadier scolaire.

(L’astérisque indique que la phrase est incorrecte. Le symbole Ø indique qu’un ou

plusieurs mots ont été supprimés à cet endroit.)

·        L’addition

Pour repérer le verbe, on peut l’encadrer ou le faire précéder de ne… pas. Il s’agit d’une addition puisqu’on ajoute un adverbe au noyau du GV.

Les élÈves attendent le brigadier scolaire.

Les élÈves n’attendent pas le brigadier scolaire.

Stationner la voiture devant la porte du garage.

Ne pas stationner la voiture devant la porte du garage.

REMARQUE. – L’addition de ne… pas permet aussi de distinguer un verbe au participe présent d’un adjectif lorsque tous les deux ont la mÊme graphie en –ant.

L’élÈve bruyant fera la retenue en copiant le dictionnaire.

L’élÈve *ne bruyant pas fera la retenue en ne copiant pas le dictionnaire.

bruyant est un adjectif : l’ajout de ne… pas est incorrect. D’ailleurs, on pourrait dire « la fille bruyante », ce qui indique que bruyant est, dans cette phrase, un adjectif puisqu’il prend la marque du féminin.

copiant est un verbe au participe présent : l’ajout de ne… pas est possible.

·        Le remplacement

Le verbe peut Être :

• soit remplacé par un autre verbe (le sens peut Être modifié) :

Les élÈves attendent le brigadier.

Les élÈves regardent le brigadier.

• soit conjugué à un autre temps (ce qui permet un meilleur repérage pour reconnaitre la classe du mot) :

Les élÈves attendent le brigadier.

Les élÈves attendaient le brigadier.

REMARQUE. – Le remplacement du verbe est trÈs utile pour différencier l’infinitif d’un verbe en –er de son participe passé en . Puisque les verbes en –er ont la mÊme prononciation à l’infinitif et au participe passé, il faut donc remplacer le verbe par un verbe d’une autre terminaison (autre que –er).

infinitif part. passé

Les élÈves ont traverser / traversé la rue.

infinitif part. passé

Les élÈves ont franchir / franchi la rue.

Ce test indique qu’il s’agit d’un participe passé. La bonne graphie est donc :

part. passé

Les élÈves ont traversé la rue.

Le fait de remplacer le verbe traverser par un verbe ne se terminant pas par –er à l’infinitif permet de vérifier s’il s’agit d’un infinitif en –er. Dans l’exemple, il s’agit d’un participe passé (franchi : traversé). L’emploi de l’auxiliaire avoir, ont, est aussi un indicateur.

·        Le déplacement

Le verbe n’est pas déplaçable dans le GV.

Les élÈves attendent le brigadier.

ERREUR : *Les élÈves / le brigadier attendent.

C’est plutôt le GN qui peut, dans certaines constructions syntaxiques, se placer aprÈs le GV.

[Les enfants] [jouaient dans la cour d’école].

Dans la cour d’école jouaient [les enfants]. (inversion du GN)

4. VERBES ET PREPOSITIONS

VERBES SUIVIS D'UN INFINITIF

Verbes suivis directement de l'infinitif
(les verbes qui prennent une préposition en anglais sont en couleur)

adorer

descendre

laisser

rentrer

affirmer

désirer

monter

retourner

aimer

détester

nier

revenir

aller

devoir

user

savoir

apercevoir

écouter

paraitre

sembler

assurer

emmener

partir

sentir

avoir beau

entendre

penser

sortir

avouer

entrer

pouvoir

souhaiter

compter

envoyer

préférer

venir

courir

espérer

prétendre

voir

croire

faillir

se rappeler

vouloir

daigner

faire

reconnaitre

déclarer

falloir

regarder

 

Verbes suivis de la préposition à devant l'infinitif
(les verbes qui ne prennent pas de préposition en anglais sont en couleur)

s'accoutumer à

conduire à

forcer à

pousser à

aider à

consentir à

s'habituer à

se préparer à

amener à

consister à

hésiter à

renoncer à

s'amuser à

continuer à

inciter à

se résoudre à

s'appliquer à

décider à

s'intéresser à

rester à

apprendre à

se décider à

inviter à

réussir à

arriver à

employer à

jouer à

servir à

s'attendre à

encourager à

se mettre à

songer à

autoriser à

s'engager à

obliger à

surprendre à

avoir à

enseigner à

parvenir à

tarder à

chercher à

s'essayer à

penser à

tenir à

commencer à

Être décidé à

persister à

travailler à

condamner à

s'exercer à

se plaire à

parvenir à

 

Verbes suivis de la préposition de devant l'infinitif
(les verbes qui ne prennent pas de préposition en anglais sont en couleur)

s’abstenir de

se dépÊcher de

se hater de

prier de

accepter de

désespérer de

interdire de

promettre de

accuser de

dire de

jurer de

proposes de

achever de

douter de

se lasser de

punir de

s'agir de

écrire de*

manquer de

rappeler de

(s’) arrÊter de

s’efforcer de



menacer de

refuser de

attendre de

empÊcher de

mériter de

regretter de

blamer de

s'empresser (le

mourir de

remercier de

cesser de

essayer de,

négliger de

reprocher de

choisir de

s'étonner de

obliger de

résoudre de

commander de

Être obligé de

s'occuper de

rÊver de

commencer de

éviter de

offrir de

rire de

conseiller de

(s')excuser de

oublier de

risquer de

continuer de

faire exprÈs de

pardonner de

souffrir de

convaincre de

faire semblant de

permettre de

soupçonner

craindre de

se fatiguer de

persuader de

se souvenir de

décider de

(se) féliciter de

se plaindre de

suggérer de

défendre de

finir de

prendre soin de

tacher de

demander de

se garder (le

se presser de

tenter de

Verbes suivis d'un nom

Verbes dont l'emploi prépositionnel varie de celui de leurs équivalents en anglais

Verbes suivis d'un complément d'objet direct (sans préposition)

Verbes suivis d'un complément d'objet indirect introduit par à

Verbes suivis d'un complément d'objet indirect introduit par de

approuver (quelque chose ou quelqu'un)

s'adresser à

attendre (quelque chose ou quelqu'un)

s'amuser à

chercher (quelque chose ou quelqu'un)

s'attendre à

dépendre de

écouter (quelque chose ou quelqu'un)

jouer à (un jeu)

jouer de (un instrument)

espérer (quelque chose ou quelqu'un)

s'opposer à

manquer de

payer (quelque chose ou quelqu'un)

passer du temps à

se servir de

pleurer (quelque chose ou quelqu'un)

plaire à

se souvenir de

regarder (quelque chose ou quelqu'un)

renoncer à

réussir (quelque chose)

répondre à

ressembler à

servir à

téléphoner à

5.DIFFERENTES SORTES DE VERBE

1. VERBES TRANSITIFS ET INTRANSITIFS

1.1 Verbes transitifs

Les verbes transitifs sont des verbes qui sont utilisés avec des compléments directs ou indirects.

• Les verbes transitifs directs ont un groupe complément direct (CD) :

Le chien écoute son maitre (complément direct).

Pour le reconnaitre, on remplace le CD par qqch./qqn1 :

Le chien écoute quelqu’un.

• Les verbes transitifs indirects ont un groupe complément indirect (CI) :

Le chien obéit à son maitre (complément indirect).

Pour le reconnaitre, on remplace le CI par une préposition suivie de qqch./qqn :

Le chien obéit à quelqu’un.

REMARQUE. – Des verbes peuvent Être, selon leur utilisation, soit transitifs directs (TD), soit transitifs indirects (TI) :

Je pense qu’il m’aime (TD) / Je pense à toi (TI)

– Je pense qu’il m’aime : complément direct : je pense quelque chose.

– Je pense à toi : complément indirect : je pense à quelqu’un.

1.2 Verbes intransitifs

Les verbes intransitifs sont des verbes qui sont utilisés sans complément direct ni indirect :

Tu dors.

On ne peut pas dire :

*Tu dors quelque chose/quelqu’un.

*Tu dors à quelque chose/à quelqu’un.

Certains verbes transitifs peuvent aussi Être utilisés à la forme intransitive :

Le chevreuil court vite (v. intransitif). Il court deux chevreuils à la fois (v. transitif).

2. VERBES ATTRIBUTIFS

Les verbes attributifs sont le verbe Être et les verbes du mÊme type. Ils expriment une maniÈre d’Être (une caractéristique du sujet) et introduisent un attribut : devenir, demeurer, paraitre, rester, sembler, avoir l’air, passer pour, tomber, mourir, etc. :

Le papier peint parait défraichi, le papier peint a l’air défraichi.

Il y en a deux sortes :

• Les verbes essentiellement attributifs, comme Être, sont toujours suivis d’un attribut du sujet qui ne peut Être effacé.

Ils sont heureux de nous revoir.

*Ils sont ? de nous revoir.

Il arrive, occasionnellement, que le verbe Être ne soit pas attributif.

Louise est à Montréal

Dans cet exemple, le GPrép à Montréal est complément indirect de est. Celui-ci

est ici un verbe transitif indirect.

• Les verbes occasionnellement attributifs sont des verbes transitifs ou intransitifs. L’attribut du sujet peut parfois Être effacé sans nuire à la construction de la phrase.

Ils sont revenus heureux de voyage.

Ils sont revenus ? de voyage.

REMARQUE. – Le verbe Être peut aussi servir d’auxiliaire s’il est suivi d’un participe passé :

Cette fille est intelligente. (v. attributif)

Cette fille est partie. (auxiliaire Être + participe passé)

3. VERBES PRONOMINAUX

Les verbes pronominaux se conjuguent avec un pronom réfléchi me, te, se, nous et vous et leurs temps composés comportent toujours l’auxiliaire Être :

Je me lave, tu te laves, ils se sont lavés.

Il y en a deux sortes :

• Les verbes essentiellement pronominaux sont ceux qui n’existent qu’à la forme pronominale, comme les verbes s’absenter, s’accouder, s’acharner, s’avérer, s’emparer, s’évader, s’évanouir, se lamenter, se repentir, etc. :

Il s’évade de la prison.

Il serait incorrect d’écrire :

*Il évade de la prison.

• Les verbes occasionnellement pronominaux sont ceux qui se construisent à la forme pronominale ou non pronominale selon le contexte :

Il se lave (verbe pronominal), il lave la voiture (verbe non pronominal).

NOTE. – Le dictionnaire indique si le verbe s’emploie toujours à la forme pronominale ou non.

4. VERBES IMPERSONNELS

Les verbes impersonnels sont ceux qui se construisent avec le pronom impersonnel il, à la troisiÈme personne du singulier seulement :

Il neige (on ne peut pas conjuguer ce verbe avec les autres personnes).

Il y en a deux sortes :

• Les verbes essentiellement impersonnels qui ne se construisent qu’avec le pronom impersonnel il :

Il pleut, il vente, il grÊle, il faut, il y a…

• Les verbes occasionnellement impersonnels, qui sont des verbes personnels (c’est-à-dire conjugués habituellement avec les trois personnes du singulier et du pluriel) et qui sont quelquefois construits dans une forme impersonnelle :

Trois élÈves manquent en classe (forme personnelle

Il manque trois élÈves en classe (forme impersonnelle

On peut reconnaitre la forme impersonnelle en changeant le pronom il par un pronom d’une autre personne et en constatant ainsi que la phrase est incorrecte :

*Je manque trois élÈves en classe.

5 VERBES AUXILIAIRES

5.1 Auxiliaires de conjugaison

Ce sont des verbes qui, en dehors de leur sens propre, sont utilisés dans la conjugaison des autres verbes.

• L’auxiliaire avoir sert à conjuguer les temps composés des verbes transitifs et de la plupart des verbes intransitifs, selon le contexte dans lequel il est utilisé :

J’ai coupé le gateau (verbe transitif), j’ai couru (verbe intransitif).

• L’auxiliaire Être sert à former les temps composés de quelques verbes intransitifs, de tous les verbes pronominaux et de tous les verbes construits à la forme passive :

Il est tombé, il s’est blessé, il a été récompensé.

5.2 Auxiliaires d’aspect

Les auxiliaires d’aspect, tels les verbes Être sur le point de, aller, commencer à, se mettre à, Être en train de, finir de, venir de, etc., suivis d’un verbe à l’infinitif, montrent à quel moment l’action exprimée par le verbe à l’infinitif est envisagée dans sa durée, son développement ou son achÈvement :

Il commence à réaliser ce projet (il s’agit, dans ce cas, du début de l’action).

Il vient de terminer le projet (il s’agit de la fin de l’action).

5.3 Auxiliaires de modalité

Les auxiliaires de modalité montrent le point de vue de l’énonciateur quant à la réalisation de l’action exprimée par le verbe.

• S’il s’agit de la vraisemblance ou de la probabilité, on peut utiliser les verbes devoir,paraitre, passer pour, pouvoir, sembler :

Cet élÈve semble réaliser beaucoup de progrÈs.

• Quand il s’agit de l’obligation ou de la nécessité, ce sont les verbes avoir à, devoir :

Pour réussir, cet élÈve doit réaliser beaucoup de progrÈs.

• S’il s’agit de la non-réalisation du fait exprimé par le verbe, on peut utiliser les verbes Être loin de, faillir, manquer à… :

Ce candidat est loin de gagner ce concours.

NOTE. – Les auxiliaires autres que avoir et Être sont appelés des semi-auxiliaires.

6. CARACTÉRISTIQUES DES MODES

1. MODES TEMPOREL ET NON TEMPORELS

Selon le temps, on distingue :

• le mode temporel, tel l’indicatif :

Il part, il partira.

L’indicatif porte en lui l’indication du temps auquel se fait l’action du verbe.

• les modes non temporels, tels le conditionnel, le subjonctif, l’impératif, l’infinitif et le participe ; ils ne portent pas en eux l’indication temporelle :

Il faut qu’il étudie, il fallait qu’il étudie, il faudra qu’il étudie.

Le subjonctif peut s’employer dans une phrase au présent, au passé et au futur.

2. MODES PERSONNELS ET IMPERSONNELS

Selon la personne grammaticale, on distingue :

• les modes personnels tels l’indicatif, le conditionnel-mode, le subjonctif et l’impératif, qui se conjuguent à l’aide des pronoms personnels de conjugaison je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles :

J’étudie, tu étudies, il étudie… Que tu étudies, qu’il étudie…

• les modes impersonnels tels le participe et l’infinitif, qui sont employés sans pronoms personnels de conjugaison :

Sortant, sortir…

3.DISTINCTION DU CONDITIONNEL-TEMPS ET DU CONDITIONNEL-MODE

Le conditionnel-temps est une forme verbale qui situe l’action dans le futur par rapport au passé. Dans ce cas, il fait partie de l’indicatif :

Elle sait qu’il reviendra. / Elle savait qu’il reviendrait.

Le conditionnel à valeur modale présente un fait en le donnant pour imaginaire ; il peut exprimer l’irréel, l’hypothÈse ou le rÊve :

Tu serais le soldat et nous serions les voleurs.

J’aurais aimé voyager.

Si j’avais une maison à la plage, je serais trÈs heureuse.

Ce serait merveilleux de partir en voyage.

REMARQUE. – Pour des explications supplémentaires et des exercices, voir les exercices portant sur la valeur du conditionnel-temps et du conditionnel-mode.

4. VALEURS DES MODES

1. VALEUR DES MODES PERSONNELS

Les quatre modes personnels qui se conjuguent en temps et en personne :

·        L’indicatif énonce un fait en le présentant comme réel :

Louise étudie, elle ira à l’université l’année prochaine.

·        Le subjonctif présente l’action comme éventuelle, pouvant ou non se réaliser :

Je souhaite que Louise réussisse dans ses études.

NOTE. – Le subjonctif présent et le subjonctif passé sont actuellement couramment utilisés. Le subjonctif imparfait et le subjonctif plus-que-parfait sont utilisés dans la langue soutenue.

·        Le conditionnel est le mode de l’imaginaire :

Tu serais le professeur et je serais l’élÈve.

·        L’impératif est le mode de l’ordre ou de la défense :

Terminez vite le travail. Ne sortez pas ce soir.

2. VALEUR DES MODES IMPERSONNELS

Les trois modes impersonnels qui ne se conjuguent qu’en temps et non en personne :

·        L’infinitif exprime le sens du verbe : étudier, prendre, recevoir… C’est la graphie du verbe telle que donnée dans le dictionnaire.

·        Le participe présent présente l’action comme une circonstance d’une autre action :




Le chat ronronnant prÈs du feu dresse l’oreille en entendant son maitre.

·        Le participe passé a une valeur active s’il est accompagné de l’auxiliaire avoir :

Nous avons travaillé. Elle a endormi son enfant.

·        Le participe passé a une valeur passive s’il est accompagné de l’auxiliaire Être :

Nous sommes aimés. Son petit a été endormi.

·        Le participe passé entre dans la composition des temps composés.

5. MODES ET TEMPS DU VERBE - REGLES DE CONJUGAISONS

1.Classification

Par rapport au roumain, qui connait quatre groupes de conjugaison, les verbes français se classifient en trois groupes, selon la terminaison spécifique de l’infinitif :

1.     GR –ER (penser, cacher, parler, jouer)

2.     GR –IR (finir, polir, gémir, applaudir, choisir)

3.     GR -IR / RE / OIR (partir, sortir, faire, dire, voir, valoir)

Quel que soit le mode (personnel, évidemment), les temps de la flexion verbales seront simples ou composés.

·        Pour les temps simples, on emploie dans la conjugaison soit les radicaux des verbes, soit les infinitifs, auxquels on ajoute des terminaisons spécifiques, selon le groupe, le mode, le temps, la personne, le nombre.

·        Pour les temps composés, on emploie dans la conjugaison les auxiliaires avoir // Être auxquels s’ajoutent les participes passés du verbe à conjuguer.

2.Utilisation des auxiliaires avoir ou Être dans la formation des temps composés

L’auxiliaire avoir est principalement utilisé avec :

• les verbes transitifs.

Elle a réussi son examen. (réussir qqch)

Tu as reçu cette attestation. (recevoir qqch)

As-tu parlé à ton employeur ? (parler à qq’un)

• les verbes intransitifs.

Les enfants ont grandi.

Les fleurs ont fané.

• les verbes impersonnels, non pronominaux (surtout les verbes relatifs à la météorologie).

Il a plu.

Il a venté.

Il a semblé important que je revienne.

L’auxiliaire Être est principalement utilisé avec :

• les verbes passifs (à tous les modes et temps). Le GPrép peut Être présent ou non.

Cette étudiante est appréciée par ses professeurs. (verbe Être apprécié)

Les adolescentes sont souvent incomprises de leurs parents. (verbe Être incompris)

De nouveaux arbres ont été plantés hier. (verbe Être planté)

• les verbes pronominaux.

Nous nous sommes rendus à Nantes. (verbe se rendre)

Elle s’est absentée de ses cours. (verbe s’absenter)

• certains verbes intransitifs (employés sans compléments direct ou indirect).

L’automobiliste est égaré. (verbe égarer)

Mon grand-pÈre est mort. (verbe mourir)

Quelques verbes se conjuguent avec avoir ou Être selon le sens.

• Avec avoir pour exprimer une action.

Elle a monté le repas à la patiente.

Il a déménagé ses meubles.

• Avec Être pour exprimer l’état qui résulte de l’action.

NOTE. – Dans ce cas, il n’y a aucun complément direct qui peut Être attaché au verbe.

Elle est montée sur le podium.

Il est déménagé à Trois-RiviÈres.

MODES PERSONNELS

A. INDICATIF

I. Les temps simples

1.Indicatif présent

À l’indicatif présent, les terminaisons s’ajoutent au radical du verbe

singulier

pluriel

personne

I

II

III

I

II

III

verbes en –er

(sauf aller) ;verbes comme couvrir, souffrir,cueillir, offrir, etc.

e

es

e

ons

ez

ent

verbes en –ir, –oir, –re

s / –x

–s / –x

–t / –d

-ons

ez

ent

2.Indicatif imparfait

À l’indicatif imparfait, les terminaisons sont les mÊmes pour tous les verbes et s’ajoutent au radical du verbe

singulier

pluriel

personne

I

II

III

I

II

III

tous les verbes

ais

ais

ait

ions

iez

aient

3.Indicatif futur simple

À l’indicatif futur simple, les terminaisons sont les mÊmes pour tous les verbes et s’ajoutent à l’infinitif du verbe du verbe

singulier

pluriel

personne

I

II

III

I

II

III

tous les verbes

ai

as

a

ons

ez

ont

II. Les temps composés :

1. le passé composé est forme de l’auxiliaire à l’indicatif présent et le participe passé du verbe à conjuguer :

Nous avons oublié.

Elles sont parties.

2.le plus-que-parfait est forme de l’auxiliaire à l’indicatif imparfait et le participe passé du verbe à conjuguer

Nous avions oublié.

Elles étaient parties.

B . LE SUBJONCTIF

1. subjonctif présent- se forme à partir du radical de la troisiÈme personne pluriel de l’indicatif présent, et on y ajoute les terminaisons e /es/ e/ions/ iez/ ent :

Je suis étonné que tu ne comprennes !

2. subjonctif passé est forme de l’auxiliaire au subjonctif présent et le participe passé du verbe à conjuguer :

Il est heureux que son oncle lui ait apporté tant de cadeaux.

Elle ne croit pas que tu sois arrivé.

1. Le subjonctif s'emploie avec des verbes qui expriment :

VOLONTÉ,
DÉSIR,
SOUHAIT

j’aimerais que… 

je souhaite que… 

. Je voudrais qu'il m'écrive  
. Elle souhaite qu'on puisse arriver à un accord 
. Je désire que tu sois heureuse 
. J'aime bien que vous soyez venus me visiter 
.
J'exige qu'on s'occupe de moi de temps en temps

NÉCESSITÉ,  OBLIGATION

il faudra que …

il faut que

il faudrait que

il est nécessaire que …

. lI faut que tu ailles chez elle tout de suite 
. Il fallait qu'ils étudient davantage 
. Il faudra que nous trouvions une solution 
. Il faudrait que tout le monde choisisse  
.
Il a fallu qu'elle vienne personnellement

ÉMOTION, SENTIMENT, APPRÉCIATION

je regrette que … 

il est surprenant que …

je crains que … 

Je regrette qu'ils choisissent cette solution   

Je suis heureuse qu'il soit avec nous  

Il est bizarre qu'il ne soit pas venu   

Il est dommage qu'il dise tout ça  

Je suis content qu'elle ait trouvé un bon poste.

J'aime mieux que ce soit elle qui le fasse  

je regrette qu'ils ne soient pas venus  

Nous sommes heureux que vous ayez réussi 

POSSIBILITÉ, IMPOSSIBILITÉ, PROBABILITÉ,
DOUTE,
INCERTITUDE

il est probable que, qu' … 

il est peu probable que/qu' …

je ne suis pas sÛr que/qu' …

il est fort probable que/qu'

il n'est pas certain que/qu'

Il est peu probable qu'ils vendent à ce prix-là   

Il est possible qu'ils viennent nous visiter   

Je ne suis pas sÛr qu'il puisse venir  

Il n'est pascertain qu'elles soient arrivés hier.


 2. Le subjonctif s'emploie aussi dans des phrases subordonnées, aprÈs certaines conjonctions ou locutions conjonctives exprimant  

MANIÈRE 

sans que

. Ils l'ont fait sans que leurs amis se soient méfiés de rien

TEMPS 

avant que

jusqu'à ce que 

en attendant que

. Je vais insister jusqu'à ce que tu avoues la vérité  

. Il faut le faire avant qu'il ne soit trop tard

CONDITION 

à condition que 

pourvu que  

à moins que

. Nous le ferons à condition qu'ils payent  

. Nous ne dirons rien à personne pourvu qu'ils partent immédiatement  

. Je suis prÊt à le faire à condition qu'ils me le demandent

BUT 

afin que 

pour que

. J'ai beaucoup insisté pour qu'il se rende compte de son erreur  

. Nous allons lui proposer un choix afin qu'il décide ce qui lui convient  

OPPOSITION / CONCESSION

bien que 

quoi que

encore que

. Bien qu'il soit trop tard, je vais l'appeler  

. Quoi qu'elle dise, je vais essayer encore une fois

CAUSE 

de peur que… 

de crainte que …

. Elles font trÈs attention au budget, de peur qu'on ne refuse leur projet dÈs le début

HYPOTHÈSE 

en admettant que… 

en supposant que… 

à supposer que…

. Le contrat sera signé demain à supposer qu'ils se mettent enfin d'accord

C. LE CONDITIONNEL

          1. conditionnel présent se forme à partir de l’infinitif du verbe auquel on ajoute les terminaisons de l’imparfait indicatif :

OÙ partiraient-ils si le monde était plus petit ?

          2. conditionnel passé est forme de l’auxiliaire au conditionnel présent et le participe passé du verbe à conjuguer :

Vous auriez renoncé si vous aviez été plus sages.

Il serait parti si le soir n’était pas tombé.

SI CONDITIONNEL

-Présentation

       1-Si j'ai de l'argent j'aiderai les démunis .   a-J'aiderai les démunis si j'ai de l'argent.

      2-Si j'avais de l'argent j'aiderais les démunis. b-J'aiderais les démunis si j'avais de l'argent.

      3-Si j'avais eu de l'argent j'aurais aidé les démunis .c-J'aurais aidé les démunis si j'avais eu de l'argent.

 -Observation:

     -On observe dans les exemples la mÊme phrase écrite de façons différentes et avec des temps de  verbes différents.On observe aussi l'utilisation de 'si 'dans toutes les phrases . Pourquoi? Et qu'expriment-elles?

-Explication :

   -Toutes ces phrases expriment une idée de condition ou d'hypothÈse réalisable(phrase1) ou irréalisable(phrases 2 et 3).

   -Les phrases a,b,c se composent  d'une proposition principale 'Aider les démunis' et d'une subordonnée circonstancielle de condition introduite par la conjonction ' si 'avoir de l'argent ' '.

  -Pour exprimer une idée de condition ou d'hypothÈse,il faut, et selon le contexte, respecter les rÈgles des temps suivantes:

 *Si + présent +futur. (ph.1-a)

Exemple:   - Si j'ai le temps, je travaillerai dans le social .

  *Si + imparfait +conditionnel présent . (ph.2-b)

Exemple:  -Si les citoyens étaient solidaires,personne ne serait dans le besoin .

  *Si + plus que parfait+Conditionnel passé .(ph.3-c)

Exemple-Si l'homme avait été conscient,il n'aurait pas pollué la terre .

-N.B: -On peut changer l'ordre de la phrase de condition et le sens reste le mÊme.(voir tableau).

-Exemple:

       -Si vous venez au Maroc,je vous ferai visiter les médinas.

       -Je vous ferai visiter les médinas si vous venez au Maroc .

-Remarques:   -On peut aussi exprimer la condition  avec:

   *Si + présent + présent.     -Si vous voulez ,je vous accompagne .

   *Si + présent + impératif .  -Si tu m'aimes ,écris-moi un poÈme!

-Attention:   -La virgule est obligatoire lorsque le ' si ' est mis au début de phrase et s'efface au milieu de la phrase .

-Conclusion:   -Pour exprimer une idée de condition ou d'hypothÈse,il est nécessaire de respecter l'emploi des temps suivants:

    *Si+ présent + futur.

   * si + imparfait + conditionnel présent.

   *Si + plus-que -parfait + conditionnel passé .

D. L’IMPERATIF

L’impératif présent traduit un ordre ou un conseil ; les verbes ne se conjuguent qu’à la deuxiÈme personne du singulier et du pluriel ainsi qu’à la premiÈre personne du pluriel.

Les pronoms de conjugaison sujets n’apparaissent toutefois pas devant le verbe puisqu’ils sont sous-entendus. Les formes sont identiques à l’indicatif présent, exempté les verbes du premier groupe qui perd le s à la deuxiÈme personne du singulier : regarde, va-t-en, chante !

NOTE. – Certains verbes irréguliers peuvent comporter des formes différentes : sois, ayons, sache, vaux

MODES IMPERSONNELS

INFINITIF ET PARTICIPE.

L'infinitif et le participe sont deux modes impersonnels.

Ex: écrire/écrit/écrivant  ; savoir/su/sachant.

 

I/a- L'infinitif a deux temps:

L'infinitif présent: l'action est en train de se dérouler.

Ex:Il ne se décide pas à partir.

L'infinitif passé :l'action est achevée.

 Ex:Elle est contente d'avoir acheté une voiture.

 

b-Emploi de l'infinitif: lorsqu'on utilise l'infinitif,on donne au verbe une  valeur autre que celle du noyau de la phrase. Il peut Être:

 1-Sujet: manger est une nécessité (manger se comporte comme un nom « le manger » ;forme active, sujet du verbe « est »).

 2-Attribut du sujet: crier  n'est pas parler.(attribut d'un sujet inconnu, cas général).  



3-Complément d'objet direct ou indirect: Elle préfÈre lire (lire est COD de' préfÈre').   

4-Complément du nom: Ils ont le don de détruire ( détruire est complément du nom 'don').   

5-Complément du pronom: Quel bonheur que celui d'avoir son bébé! (avoir est complément du pronom 'celui').     

6-Complément de l'adjectif: Nous sommes heureux de l'apprendre ( apprendre est complément de l'adjectif 'heureux').      

7-Complément circonstanciel: Avant de se coucher, on se brosse les dents (se coucher est ici c.c.de temps).

 

II/a-Emploi du participe:

1-Participe passé du verbe: Vous avez rangé .Nous sommes partis(ies). (ces verbes sont conjugués au passé composé).      

2-Participe présent: s'il a la valeur d'un verbe,il est toujours invariable. Il écoute l'oiseau chantant sur la branche (qui chante sur la branche).     

3-Participes passé et présent employés comme adjectifs: ils s'accordent alors avec le nom qu'ils qualifient.

   Ex: La fillette trottinant vers sa mÈre affolée poussait des cris perçants.

 

Analyse: trottinant: participe présent invariable, ne peut pas Être remplacé par un adjectif qualificatif et n'est pas en fonction d'épithÈte.

               affolée: participe passé,a la valeur d'un adjectif qualificatif.

               perçants:participe présent employé comme adjectif verbal,s'accorde avec 'cris'(masculin pluriel),peut Être remplacé par un adjectif qualificatif,(stridents par exemple),et est en fonction d'épithÈte.

 

REMARQUE:

 

Le participe présent se rapporte à un nom:

Ex:L'élÈve tremblant,au tableau (tremblant est un participe présent se rapportant à 'élÈve').

                 Le gérondif est un participe présent précédé de'en' ; il est complément circonstanciel du verbe.

Ex:il écrivait, en tremblant, au tableau.

 

Tableau récapitulatif:      

MODE INFINITIF          –PRESENT -parler / choisir / lire / partir / savoir

                                      -PASSE - avoir lu / ÃŠtre parti(ie,is,ies)

MODE PARTICIPE       -PRESENT- lisant  / partant

-PASSE -lu / parti(ie,is,ies)

MODE GERONDIF        -PRESENT -en lisant / en partant 

-PASSE - en ayant lu    en étant parti(ie,is,ies)

 

REMARQUE:

 

Le participe présent se distingue de l'adjectif verbal--pour certains verbes--par l'orthographe.

   Ex: précédant /précédent.

        Intriguant / intrigant.

        Négligeant / négligent.

        Convainquant / convaincant.

        Provoquant / provocant.

 

 ACCORD DU PARTICIPE PASSE (REGLES GENERALES)

Le participe passé sans auxiliaire (à valeur d'adjectif) s'accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte :

Des fleurs séchées.

Un article vendu.

Des maisons ouvertes.

Le participe passé conjugué avec l'auxiliaire 'Être' s'accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe :

Mes amis sont partis.

Mes amies sont parties.

Le participe passé conjugué avec l'auxiliaire 'avoir' s'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct (COD), si celui-ci est placé avant :

Ces fleurs, je les ai coupées.
Cette lettre, il l'a écrite.

Si le complément d'objet direct est placé aprÈs ou s'il n'existe pas, le participe passé conjugué avec 'avoir' reste invariable :

J'ai coupé ces fleurs.
Il a écrit cette lettre.
Nous avons été au spectacle.

Notez : Cette rÈgle générale présente de nombreuses exceptions et quelques 'finesses' que beaucoup jugent superflues. Il est conseillé de consulter les différents chapitres qui traitent de l'accord du participe passé. Voir accord du participe passé.

Accord du participe passé (cas d’invariabilité)

Les participes passés 'attendu, compris, non-compris, y compris, entendu, excepté, ôté, ouÏ, passé, supposé, vu' sont invariables quand ils sont placés devant le nom ou le pronom, ils sont alors considérés comme des prépositions.

Attendu son incapacité, il faut le protéger.
Compris les indemnités, la somme est suffisante.
Ôté les observations personnelles, le reste est correct.
OuÏ les témoins, l'affaire semble claire.

Ces mÊmes participes, placés aprÈs le nom, s'accordent normalement.

Les indemnités comprises, la somme est suffisante.
Les observations personnelles ôtées, le reste est correct.
Les témoins ouÏs, l'affaire semble claire.

 

Notez : Si la position du participe résulte d'une simple inversion, il faut l'accorder :

Ces sommes, déjà comprises au compte précédent, ne figurent pas ici.

L'inversion du membre de phrase entre virgules, n'a aucune influence sur l'accord.

Déjà comprises au compte précédent, ces sommes ne figurent pas ici.

Accord de ci-annexé, ci-joint, ci-inclus

Les expressions 'ci-annexé, ci-joint, ci-inclus' varient en genre et en nombre si elles sont en position d'épithÈte ou d'attribut :

Les photos ci-annexées serviront de point de départ.
Vous les trouverez dans la lettre ci-jointe.

Elles sont invariables quand on leur donne une valeur adverbiale (elles se rapprochent alors de l'emploi de 'ci-contre, ci-dessous', etc.).

Veuillez trouver ci-joint copie du document demandé.
Ci-annexé la copie du document en question.

La rÈgle est assez floue et on rencontre souvent l'accord ou l'invariabilité selon que le scripteur pense l'expression comme un adverbe ou une épithÈte.

Il nous renvoie ci-joint la lettre du mois de mars.
Il nous renvoie ci-jointe la lettre du mois de mars.

Toutefois, on laisse, habituellement, invariables ces expressions, si :

- elles se trouvent en tÊte de phrase : Ci-joint la lettre en question.
- dans le corps de la phrase elles sont placées immédiatement devant un nom (pas d'article, ni déterminant) : Veuillez trouver ci-joint copie du document demandé.

Accord de ' étant donné, mis à part et fini '

Les expressions 'étant donné, mis à part, fini, passé' lorsqu'elles précÈdent un nom ou un pronom sont, au choix, variables ou invariables. Pas d'erreur possible!

Étant donné ses propos ou Étant donnés ses propos.
Mis à part son attitude ou Mise à part son attitude.

'Fini', en tÊte de phrase, s'accorde parfois avec le sujet qui suit et l'on considÈre alors que 'Être' est sous-entendu :

Finis les beaux jours! = ils sont finis les beaux jours.
Mais l'invariabilité se trouve et n'est pas fautive.

Notez : Si ces expressions suivent (sauf pour 'étant donné' qui est toujours antéposé) elles s'accordent normalement :

La premiÈre surprise passée, il réagit avec vigueur.
Son attitude mise à part, il faut considérer ses propos
.

Accord de ' coÛté, valu et pesé '

Les participes passés 'coÛté, valu, pesé, marché, couru, vécu, dormi, régné, duré' sont invariables avec un complément circonstanciel de mesure. Le complément circonstanciel n'est pas l'objet direct. Il ne répond pas aux questions 'quoi ?' ou 'qui ?' mais à la question 'combien?'.

Les six mille francs que ce buffet m'a coÛté.
Ce buffet a coÛté combien? et non : Ce buffet a coÛté quoi ?

Pendant les cinq heures qu'a duré notre marche.
Notre marche a duré combien? et non : Notre marche a duré quoi?

Il faut prendre garde au fait que certains de ces verbes peuvent aussi Être employés transitivement et avoir un véritable complément d'objet direct qui oblige à l'accord. Souvent, leur sens varie et permet de déterminer la nature du complément. On fera l'accord avec les verbes suivants, lorsqu'ils ont le sens précis de :

'Peser' s'il signifie 'constater un poids' ou, au figuré, 'examiner' : Ses propositions, je les ai pesées avec attention.

'Courir' dans le sens de 'poursuivre' ou 's'exposer à' : Les dangers qu'il a courus l'ont épuisé.

'Valoir' dans les sens de 'valoir à quelqu'un' : Les nombreuses critiques que m'a values mon article.

'CoÛter'à quelqu'un, dans un sens figuré : les efforts que ce travail m'a coÛtés.

'Vivre' lorsque le complément n'exprime pas la durée. Comparez : Les trente ans qu'il a vécu et Ses rÊves, il les a vraiment vécus.

Accord du participe passé des verbes impersonnels

Le participe passé des verbes impersonnels ou pris impersonnellement est invariable.

Les vents qu'il y a eu.

Les soins qu'il a fallu.

Accord du participe passé suivi d'un infinitif

Le participe passé conjugué avec 'avoir' et suivi d'un infinitif, s'accorde si l'objet direct qui précÈde se rapporte au participe.

Je les ai vus manger.

Si l'objet direct se rapporte à l'infinitif le participe passé reste invariable.

Les élÈves que j'ai envoyé chercher.

Il n'est pas toujours facile de savoir si l'objet direct se rapporte au participe ou à l'infinitif. Quelques procédés pratiques permettent parfois de trancher.

- Intercaler l'objet direct entre le participe et l'infinitif (j'ai vus les manger) puis remplacer l'infinitif par l'expression 'en train de + infinitif' (j'ai vus les en train de manger). Si la phrase garde son sens, faire l'accord. Que donnerait le second exemple ? (Les élÈves que j'ai envoyé chercher. J'ai envoyé les élÈves chercher. = J'ai envoyé les élÈves en train de chercher : pas d'accord).

- Si l'infinitif peut Être (ou est) suivi d'un complément introduit par la préposition 'par', il est invariable (Les portes que j'ai vu repeindre. Suite possible par les ouvriers.

- Si l'objet direct est l'Être qui fait l'action exprimée par l'infinitif, il faut accorder le participe. Comparer: Les hommes que j'ai vus déménager et Les meubles que j'ai vu déménager.

- Si l'infinitif a lui-mÊme un complément d'objet direct, il faut accorder le participe (Ces soldats, je les ai entendus fredonner des chansons).

Notez : 'Fait' suivi d'un infinitif est toujours invariable.

Accord du participe passé des verbes pronominaux

Les verbes pronominaux se conjuguent avec l'auxiliaire 'Être'. Mais certains pronominaux dits 'réfléchis' (le sujet fait l'action sur lui-mÊme : Il se lave) et 'réciproques' (plusieurs sujets font l'action les uns sur les autres : Ils se réconcilient) sont parfois transitifs directs et assimilés avec les verbes se conjuguant avec l'auxiliaire 'avoir' (accord avec le complément d'objet direct si celui-ci précÈde).

Devant les pronominaux réfléchis et réciproques il convient de chercher et de situer le complément d'objet direct. Celui-ci peut Être :

- le pronom réfléchi : Elle s'est blessée = Elle a blessé qui? (souvenez-vous : le verbe est traité comme s'il était conjugué avec 'avoir', donc la question se pose avec l'auxiliaire 'avoir'), elle a blessé qui? = 'se' mis pour elle-mÊme = COD placé avant = accord.

- un élément autre que le pronom réfléchi : celui-ci peut Être placé aprÈs et il n'intervient pas dans l'accord (Elle s'est blessé la main). Mais il peut Être placé avant et force l'accord (La main qu'elle s'est blessée).

S'il n'y a pas d'objet direct le participe est invariable (Ils se sont succédé, par exemple, répond à la question 'à qui?' c'est un objet indirect).

Notez : les rÈgles et les exceptions concernant l'accord du participe passé conjugué avec 'avoir', s'appliquent pour les pronominaux réciproques et réfléchis : en particulier, lorsque le verbe est précédé d'un collectif ou nom de fraction, lorsqu'il est en rapport avec 'le peu', précédé de 'en', suivi d'un infinitif, etc.

En dehors des cas ci-dessus qui concernent les réfléchis et les réciproques, le participe passé des verbes pronominaux s'accorde avec le sujet. Soit que le pronom réfléchi ne soit pas analysable, soit que le verbe soit transitif indirect ou intransitif.

Elles se sont échappées.

Ils se sont repentis.

Ces fruits se sont bien vendus.

Concordance des temps

La concordance des temps est la correspondance, nécessaire d'aprÈs le sens et la chronologie des actions, entre le temps du verbe de la proposition principale et le temps du verbe de la proposition subordonnée.

La subordonnée exprime un fait qui peut Être : antérieur, simultané, postérieur par rapport à l'action principale. Le tableau ci-dessous présente, toutes les correspondances possibles. Selon le degré de réalité, la condition éventuelle, le doute, etc. on utilisera un mode ou un autre. Vous trouverez 'in fine' les entrées des diverses propositions.

Verbe principal

 

Verbe subordonné

 

antériorité

Temps du passé, imparfait, plus-que-parfait.
De l'indicatif au subjonctif.

présent de l'indicatif

simultanéité

Présent de l'indicatif. Présent du subjonctif.

 

postériorité

Futur indicatif. Présent subjonctif.

 

antériorité

Plus-que-parfait. Indicatif ou subjonctif

passé de l'indicatif

simultanéité

Imparfait. Indicatif ou subjonctif

 

postériorité

Conditionnel présent. Imparfait du subjonctif.

 

antériorité

Temps du passé, imparfait de l'indicatif.

futur de l'indicatif

simultanéité

Présent de l'indicatif ou du subjonctif.

 

postériorité

Futur de l'indicatif. Présent du subjonctif.

 

antériorité

Plus-que-parfait du subjonctif

conditionnel présent

simultanéité

Imparfait du subjonctif

 

postériorité

Imparfait du subjonctif.


Ce tableau, que nous n'avons pas voulu surcharger d'exemples, régit l'emploi des temps des verbes en fonction du sens et de la chronologie. Vous remarquerez que le choix existe trÈs souvent, particuliÈrement lorsque l'action subordonnée est antérieure. Il faut donc choisir le temps qui reflétera le mieux la pensée, le temps qui servira au mieux la nuance.

La concordance des temps est liée à l'étude des propositions et vous trouverez de nombreux renseignements à l'étude de chaque type de propositions. Nous vous conseillons de consulter selon vos besoins les objets suivants : complétive par 'que', complétive interrogative, temporelle, causale, consécutive, finale, concessive, comparative et conditionnelle oÙ sont présentés les temps et les modes aprÈs 'si'.

Pour ne pas trop malmener la concordance des temps, il faut, devant une propositions subordonnée se poser une premiÈre question. Le verbe de la subordonnée est-il à l'indicatif ou au subjonctif. De cette premiÈre réponse vont dépendre les possibilités liées aux temps.

1. le verbe de la subordonnée est à l'indicatif : tous les temps sont possibles si la principale est au présent ou au futur. Tout se passe comme si la subordonnée était une indépendante. (Je suis sÛr qu'il mange actuellement. Je suis sÛr qu'il a mangé hier. Je suis sÛr qu'il mangeait au moment de mon arrivée, etc.).

Si le verbe de la principale est à un temps du passé, la subordonnée se met :

- à l'imparfait ou au passé simple si le fait est simultané (Il a certifié qu'il était là quand il est entré. Il nous salua dÈs que nous entrames);

- au conditionnel présent ou au conditionnel passé si le fait est postérieur (Il a certifié qu'il serait là demain);

- au plus-que-parfait ou au passé antérieur si le fait est antérieur (Il a certifié qu'il avait fini avant son arrivée. Il envoya la lettre dÈs qu'il eut eu confirmation de la chose).

Notez : le présent de l'indicatif dans la subordonnée peut exprimer un fait intemporel et celui-ci n'est pas soumis à la rÈgle des temps (Le voisin m'a dit que la vie est trop chÈre). On peut aussi envisager la position sur l'axe temporel par rapport au moment de la parole, et le temps de la subordonnée est fonction du sens (Il m'a dit que vous Êtes l'homme de la situation. Il m'a assuré qu'il fera attention).

2. le verbe de la subordonnée est au subjonctif.

Si la principale est au présent ou au futur, la subordonnée se met :

- au présent du subjonctif si le fait est simultané ou postérieur (Il veut que tu viennes tout de suite. Il préfÈre que tu viennes demain. Il voudra que tu viennes tout de suite. Il préférera que tu viennes demain);

- au passé du subjonctif si le fait est antérieur (Il doute que tu aies voulu le voir).

Si la principale est à un temps du passé, la subordonnée se met :

- à l'imparfait du subjonctif si le fait est simultané ou postérieur (Nous avons voulu qu'il cédat immédiatement. Il voulait que nous finissions le lendemain);

- au plus-que-parfait du subjonctif si le fait est antérieur (Il voulait que tu eusses écrit avant son départ).

Notez : AprÈs un conditionnel présent, si le verbe de la subordonnée doit Être au subjonctif, il se met au présent ou à l'imparfait (Je voudrais qu'elle écrive ou Je voudrais qu'elle écrivit).

Les temps et les modes donnent lieu à des entrées spécifiques et nous vous conseillons de les consulter pour bien vous remémorer leurs nuances.

LA NEGATION

Forme simple:

La négation d'une phrase simple se forme à partir de la particule ne aprÈs le sujet et d'un adverbe de négation aprÈs le verbe.

Forme affirmative

Forme négative

Il part.
Elle dort.
Je vois.
Il ment.
Je la trouve.
Cela m'ennuie..
Je veux quelque chose

Il ne part pas.
Elle ne dort plus.
Je ne vois personne.
Il ne ment jamais.
Je ne la trouve nulle part.
Cela ne m'ennuie aucunement.
Je ne veux rien.

Temps composés:
ne + auxiliaire + pas + participe passé
ne + auxiliaire + jamais + part. passé
ne + auxiliaire + rien + part. passé
ne + auxiliaire + part. passé + personne
ne + auxiliaire + part. passé + nulle part
ne + auxiliaire + aucunement + part. passé


Il est venu.
Il est déjà venu.
J'ai vu quelque chose.
J'ai vu quelqu'un.
Je l'ai vu quelque part.
Cela m'a ennuyé.


Il n'est pas venu.
Il n'est jamais venu.
Je n'ai rien vu.
Je n'ai vu personne.
Je ne l'ai vu nulle part.
Cela ne m'a aucunement ennuyé.

Forme interrogative:
ne + verbe + pronom sujet + adv. de négation

Il dit la vérité

Il dit quelque chose
Tu vois quelqu'un.

Ne dit-il pas la vérité ?
Ne dit-il jamais la vérité ?
Ne dit-il rien ?
Ne vois-tu personne ?

Forme infinitive:
Ne + verbe conjugué + adv. de négation + inf.
Verbe conjugué + ne + adv. de négation + inf.
mais
Verbe conjugué + ne + inf + personne
Verbe conjugué + ne + inf + nulle part


Je veux me taire =
Je préfÈre me taire =

mais
J'aime mieux voir du monde =
Je préfÈre rester ici =


Je ne veux pas parler
Je préfÈre ne pas parler.
Je préfÈre ne rien dire.

J'aime mieux ne voir personne.
Je préfÈre n'aller nulle part.

L'article partitif et l'article indéfini deviennent de à la forme négative.

Cependant, si, dans la mÊme phrase, il y a une distinction entre un élément négatif et un élément positif, le partitif reprend sa forme pleine.

Je prends du lait.
J'ai des frÈres.

Je ne prends pas de lait.
Je n'ai pas de frÈre.

Je ne veux pas de la crÈme, mais du lait.

Pronoms négatifs sujets
Personne (animé) + ne + verbe
Nul (animé) + ne + verbe
rien(inanimé) + ne + verbe


Quelqu'un est venu.

Quelque chose s'est passé.


Personne n'est venu.
Nul n'est venu.
Rien ne s'est passé.

Adjectifs négatifs
nul + nom
aucun + nom

Il a envie de venir.

Il n'a nulle envie de venir.
Il n'a aucune envie de venir.

La conjonction négative
ne… ni… ni…

Elle peut accompagner différentes fonctions grammaticales.

Sujet : ni + ni + ne + verbe

COD : ne + verbe + ni + art. déf. + N + ni + art . déf. + N
            ne + verbe + pas de N + ni de N
            ne + verbe + ni +  N + ni +  N

COI : ne + verbe + ni + prép. + ni + prép.

Infinitif: ne + verbe + ni + inf. + ni + inf.

Proposition: ne + verbe + pas +  ni + prop. + ni + prop.

 


 
 
 
 

Ni lui ni elle ne viendront.

Je n'aime ni la crÈme, ni le lait.
Je ne veux pas de viande ni de poisson.
Il n'a obtenu ni aide ni matériel.

Je ne téléphonerai ni à jean ni à Sylvie.

Il ne veut ni boire ni manger.

Je ne savais pas qu'elle venait ni qu'elle restait.

 

Forme positive / forme négative

 

Forme affirmative

Forme négative

Aussi / non plus

Je viens aussi

Je ne viens pas non plus

Tout à fait / pas du tout

Ils sont tout à fait satisfaits

Ils ne sont pas du tout satisfaits

Encore / plus

J’ai encore faim.

Je n’ai plus faim.

Toujours / plus

J’ai toujours ton manteau

Je n’ai plus ton manteau

Toujours / jamais

Je t’ai toujours aimé

Je ne t’ai jamais aimé

Déjà / jamais

J’ai déjà visité ce musée.

Je n’ai jamais visité ce musée.

Déjà / pas encore

Il est déjà arrivé.

Il n’est pas encore arrivé.

Quelque chose / rien

J’ai quelque chose à te dire.

Je n’ai rien à te dire.

Quelqu’un / personne

J’ai vu quelqu’un.

Je n’ai vu personne

Plusieurs ( beaucoup, certains) / aucun

De tous mes amis, plusieurs sont ici.

De tous mes amis, aucun n’est ici.

 

 

·        Divers emplois de la particule « NE »

En français contemporain, la particule ne est plus un marqueur de désactualisation que de négation.
Il peut parfois disparaitre des énoncés négatifs et apparaitre dans des énoncés affirmatifs.

·        Disparition du NE négatif à l'oral :

A l'oral, on n'a pas forcément les deux éléments ne ….pas. parfois on emploie seulement « pas » ou un autre marqueur de négation. -Elle dort pas.
Tu veux pas partir.
Je vois rien.
j'ai rien compris.
Il a plus faim.

·        Restriction en NEQUE :

La forme neque ne marque pas la négation mais une restriction proche de celle qu'on trouve dans l'emploi de seulement-
J'ai seulement deux dollars.
=
Je n'ai que deux dollars.

·        NE explétif :
On appelle « ne explétif » l’adverbe ne que l’on trouve dans certaines formes accompagnées du subjontif. Ce ne explétif n’a pas de sens négatif ; il faut le distinguer de la négation en ne… pas.

Sa présence n'est obligatoire que dans les expressions de peur ou de crainte.-Je l’ai prévenu avant qu’il (ne) soit trop tard.
Nous sortirons, à moins qu'il (ne) pleuve.

Je crains qu'ils ne viennent (=Je pense qu'ils vont venir et cela ne me plait pas)

 








Politica de confidentialitate

DISTRIBUIE DOCUMENTUL

Comentarii


Vizualizari: 816
Importanta: rank

Comenteaza documentul:

Te rugam sa te autentifici sau sa iti faci cont pentru a putea comenta

Creaza cont nou

Termeni si conditii de utilizare | Contact
© SCRIGROUP 2019 . All rights reserved

Distribuie URL

Adauga cod HTML in site