Scrigroup - Documente si articole

Username / Parola inexistente      

Home Documente Upload Resurse Alte limbi doc  


BulgaraCeha slovacaCroataEnglezaEstonaFinlandezaFranceza
GermanaItalianaLetonaLituanianaMaghiaraOlandezaPoloneza
SarbaSlovenaSpaniolaSuedezaTurcaUcraineana

AdministrationAnimauxArtComptabilitéDiversesDroitéducationélectronique
FilmsL'économieL'histoireL'informatiqueLa biologieLa géographieLa grammaireLa littérature
La médecineLa musiqueLa politiqueLa psychologieLa sociologieLe tourismeLes mathématiquesManagement
PersonnalitésPhysiqueRecettesSportTechnique

LE NOM

la grammaire

+ Font mai mare | - Font mai mic



DOCUMENTE SIMILARE

Trimite pe Messenger


LE NOM

1.LE GENRE des NOMS



La morphologie du genre

Le genre est une caractéristique du français qui fait problÈme aux apprenants. Dans ce qui suit, nous examinerons quelques aspects de ce phénomÈne.

1.a) Genre et sexe

Une premiÈre distinction s’impose entre genre et sexe. Le premier concerne une distinction strictement grammaticale entre deux valeurs, le masculin et le féminin. Ainsi, le mot mur est masculin, mais le mot table est féminin. Par contre, le sexe concerne une caractéristique des Êtres animés, entre les males et les femelles. Il peut exister une correspondance entre le genre masculin et le sexe male (le dentiste, un ouvrier), et entre le genre féminin et le sexe femelle (la professeure, une technicienne), mais ceci n’est pas toujours le cas : on dit la victime, qu’il s’agisse d’un homme ou une femme, et jusqu’à récemment, un guide pour un homme ou une

femme

1.b) Attribution du genre

Le choix du genre pour un nom donné n’est pas aléatoire. Une variété de facteurs entre en ligne de compte pour déterminer la valeur. A un premier niveau, on trouve des facteurs morphologiques. Par exemple, les mots composés à base verbale (composés de la suite V+N) sont masculins. Ainsi, mÊme si glace et boite sont féminins, brise-glace et ouvre-boite sont masculins. De mÊme, les verbes utilisés dans une fonction nominale sont masculins : le boire, le manger.

Au niveau du sens, on note que certaines classes de noms possÈdent le mÊme genre.

Ainsi, les jours de la semaine sont masculins, de mÊme que les mois. Les noms d’arbres sont masculins (un pommier, un orme, un érable), mais les noms de fruits sont en général féminins (une pomme, une banane).

En français il y a deux genres, le masculin et le féminin. D’habitude c’est le féminin qui est le terme marqué (le féminin est tiré du masculin à l’aide d’un suffixe : directeur → directrice). Tous les noms ne présentent pas de formants pour les deux genres (les noms désignant des non-animés, mais aussi noms d’animaux : un éléphant ; une fourmi ; noms de professions, etc.).

Il n’y a pas de superposition parfaite entre le sexe naturel et le genre grammatical. Plusieurs situations se présentent :

1. une seule forme employée au masculin et au féminin, la distinction étant opérée par un prédéterminant (article, adjectif possessif ou démonstratif, etc.) ou par l’accord d’un adjectif, d’un participe passé :

un enfant, une enfant ; ce locataire, cette locataire ;

une artiste douée ; notre nouveau partenaire ; la Belge qui est arrivée hier

2. deux formants différents pour les deux genres :

le roi, la reine ; le mari, la femme

3. un nom masculin renvoyant indifféremment à un référent masculin ou féminin - c’est le cas, par exemple, des personnes qui exercent certains métiers ou certaines fonctions : ambassadeur, conseiller, juge, magistrat, maire, notaire, procureur de la République, professeur, successeur, témoin, etc.

Monsieur Dumas est un bon juge. Madame Durant est un juge compétent.

J’aviserai le ministre de l’Intérieur. Je m’adresserai à Madame le ministre.

Remarque : Procureur avec le féminin procureuse signifie “celui, celle qui a reçu pouvoir d’agir pour un autre”.

On entend de plus en plus souvent des formules comme : Madame la ministre ; Mon amie est une bonne professeure.

La forme la colonelle, longtemps employée pour désigner la femme d’un colonel, renvoie à présent à une femme remplissant cette fonction, comme ambassadrice.

4. un nom féminin renvoyant à un référent masculin : une recrue, une sentinelle, une ordonnance ;

Remarque : MÊme situation avec une intention péjorative dans un cas comme une crapule, une brute, une canaille, etc.

La plupart du temps, pour les animés, le nom présente une forme masculine et une forme féminine dérivée du masculin par l’addition d’un -e :

féminin = masculin + -e

ami, amie ; Roumain, Roumaine ;

Cas particuliers

- noms masculins en -en, -on : redoublent la consonne avant le -e :

pharmacien, pharmacienne ; baron, baronne ;

- noms masculins en -el, -eau : présentent -elle au féminin :

Marcel, Marcelle ; jumeau, jumelle ;

- noms masculins en -at, -et, -ot : redoublent la consonne au féminin :

chat, chatte ; cadet, cadette ; sot, sotte ;

Remarque : Pas de redoublement de la consonne pour avocat, avocate ; candidat, candidate, idiot, idiote, etc.

- noms masculins en -er, -ier : prennent È au féminin :

boucher, bouchÈre ; épicier, épiciÈre ;

- noms masculins en -eur : ont -euse au féminin :

danseur, danseuse ;

- noms masculins en -teur : ont -trice au féminin :

acteur, actrice ;

Remarque : Si le nom provient d’un verbe ayant en –t, le suffixe féminin est –teuse : un flatteur (du vb. flatter), une flatteuse.

- noms masculins en -f : ont -ve au féminin :

veuf, veuve ;

- noms masculins en -x : ont -se au féminin :

époux, épouse ;

- noms masculins en -c : ont -que au féminin :

Turc, Turque.

Remarque : Grec fait au féminin Grecque.

De nombreux noms féminins sont formés à partir du masculin à l’aide du suffixe –esse : dieu, déesse ; prince, princesse ; maitre, maitresse ; hôte, hôtesse ; nÈgre, négresse, etc.

Le genre sert à différencier deux noms ayant la mÊme forme:

un livre, une livre (lira sterlina ; livra – 500 g) ;

un moule (tipar, forma), une moule (molusca, scoica) ;

un tour (miscare de rotatie;strung), une tour (turn);

un aide (adjunct, persoana care ajuta), une aide (ajutor) ;

un garde (paznic), une garde (paza) ;

un greffe (grefa unui tribunal), une greffe (grefa) ;

un guide (ghid, persoana sau carte), une guide (darlog, frau) ;

un interligne (spatiu intre randuri), une interligne (termen tipografic) ;

un manœuvre (salahor), une manœuvre (manevra) ;

un mémoire (memoriu), une mémoire (memorie) ;

un merci (multumire, multumesc), à la merci de (la discretia), un combat sans merci (o lupta fara crutare, pe viata si pe moarte) ;

un parallÈle (paralela geografica, comparatie), une parallÈle (paralela in matematica) ;

un solde (sold), une solde (solda) ;

un vapeur (vapor cu aburi), une vapeur (abur) ;

un voile (vela, panza de corabie), une voile (val), etc.

TABLEAU ANNEXE POUR LA MEMORISATION DES GENRES DES NOMS

Les noms masculins

Les noms féminins

Sexe maculin un homme, un enfant, un cheval, un lion

sexe féminin une femme, une enfant, une jument, une lionne

 n.b.

un maringouin, un doré

 n.b.

une mouche, une truite

 n.b.

une brute, une recrue

 n.b.

un chef, un modÈle

Classes de noms masculins

Classes de noms féminins

Noms de métaux:

Noms de sciences:

un bel or, argent

la chimie, la grammaire

Noms de corps chimiques:

exc. 

le droit

le cobalt, nickel, soufre

Noms d'arbres:

un sapin, érable, chÊne

exc. 

une épinette

Noms de langues:

le français, l'anglais

Noms de nombres:

un deux, le huit

Noms de temps:



Jours: le lundi, un samedi

Mois: ce janvier, cet aoÛt

saisons: un hiver, cet été

Noms géographiques

Noms géographiques

(pays, régions, villes

(pays, régions, villes

RÈgle: non en -e:

rÈgle: en -e:

le Canada, le Japon

la France, l'Angleterre

le Québec, le Manitoba

la Colombie br., la Floride

Exc. 

le Mexique,le Cambodge

exc. 

l'Ontario, l'Alberta,

la Saskatchewan

Noms à finales consonnes

-ac: 

estomac, tabac, lac, sac

-ic: 

pic, cric, déclic, traffic

-and: 

gland, brigand, tisserand

-ard: 

dard, épinard, cafard,lard

-ord: 

bord, accord, nord, rebord

-if: 

apéritif, canif, détersif

-ail: 

ail, bail, détail, travail

-el: 

appel, ciel, gel, miel, hôtel 

exc. une béchamel

-ol: 

alcool, bol, sol, vol, viol

-ain: 

bain, dédain, gain, pain

exc. la main

-an: 

an, cran, divan, océan, plan

-ein: 

dessein, frein, rein, sein

-en: 

abdomen, pollen; bien,examen

-in: 

chagrin,chemin, déclin

exc. une catin, la fin

-lon: 

galon, jalon, melon, salon

-llon: 

haillon, maillon, baillon

-mon:

démon,limon,poumon,sermon

-non: 

canon, anon, fanon, non

-nom: 

prénom, pronom, nom

-pon: 

coupon, harpon, jupon

-ron: 

napperon,héron,juron

-aison: comparaison, saison

-sion: admission, mission

exc. 

un bastion 

-tion: action, question, gestion

-xion: annexion,inflexion

-er: 

danger,cahier;enfer,hiver 

exc. la cuiller, la mer



-ir: 

avenir, cuir, désir, loisir

-oir: 

couloir,devoir,espoir

-or: 

castor, décor, essor, trésor

-our: 

amour, tour, four, jour

exc. une tour (# un tour)

-aie: 

biais, engrais, rabais

-as: 

amas, bras, tas, cas, pas, sas

-is: 

colis, radis, anis, tennis

exc. la brebis, la souris; la vis

-ys: 

lys ; pays

-os: 

dos, enclos, propos; os

-ors: 

mors, dehors; corps

-ous: 

dessous, pouls

-ours: 

ours; cours, discourse

-us: 

jus, pus; cactus, fœtus

-ait: 

attrait, fait, lait, trait

-ant: 

chant, diamant, gant, néant

-at: 

climat, débat, état, plat

-ent: 

accident, aliment, talent 

exc. la dent

-et: 

alphabet, arrÊt, budget, jet 

exc. la forÊt

-it: 

bandit, bruit, circuit, lit 

exc. la nuit

-ort:

effort,fort,rapport,sport 

exc. la mort

-ot: 

abricot,dépôt,flot,tricot 

exc. la dot

-out: 

atout, bout, coÛt, dégoÛt

-ut: 

but, début, bahut, statut

-eux: 

creux, facheux, gateux

-ieux: 

curieux, mieux,cieux

-oux: 

roux, saindoux, houx

exc. la toux

-eur:

noms de métiers, professions:docteur, professeur, ingénieur

noms de piÈces mécaniques: ascenseur, ordinateur, batteur 

autres noms (exc. à la rÈgle:

les noms en -eur sont féminins

heur, bonheur, malheur; honneur 

déshonneur; labeur, moteur

-eur: la plupart des noms en

-eur sont féminins:

aigreur, ardeur, blancheur,

blondeur, candeur, couleur, douceur,douleur,Êpaisseur,erreur, fleur, fraicheur, grandeur, grosseur, hauteur,humeur,lenteur, lueur, minceur, noirceur,odeur, paleur, pesanteur, etc.

2.LE NOMBRE des NOMS

Il y a deux nombres en français, le singulier et le pluriel, qui est le terme marqué, d’habitude par l’addition d’un -s, plus rarement d’un –:

un exemple, des exemple;

un lieu, des lieux

Le singulier signale l’existence d’un seul objet, alors que le pluriel implique au moins deux objets. L’opposition singulier/pluriel, normalement impliquant l’opposition objet A/plusieurs objets A, peut renvoyer à des situations particuliÈres :

1. seul le singulier existe s’il s’agit de :

noms abstraits : le courage ;

noms de matiÈres : l’argent ;

certains noms issus d’infinitifs, d’adjectifs : le devenir, le vrai.

Remarque : Le pluriel de tels noms acquiert des significations particuliÈres :

des manifestations concrÈtes d’une qualité : ses bontés envers moi (ses gestes de générosité) ;

des objets faits d’un matériel : les cuivres (les objets en cuivre) ;

des qualités d’un produit : des tabacs (différents sortes de tabac).

2. seul le pluriel existe dans le cas de certains noms de cérémonies, sommes d’argent, etc. :

les fiançailles, les funérailles, les pourparlers, etc. ;

les arrérages (arierata), les arrhes (avansul), les dépens (cheltuielile de judecata), les frais (cheltuielile), les honoraires (onorariile), etc. ;

les environs, les alentours, les annales, les archives, les mœurs, les agissements, les prémices, etc.

3. singulier = objet A ; pluriel = objet B :

assise (baza, temelie) ; assises (sedinta la curtea cu juri) ;

affaire (afacere, chestiune) ; affaires (lucruri personale) ;

ciseau (dalta) ; ciseaux (foarfeca) ;

effet (efect) ; effets (obiecte personale) ;

émolument (activele ce revin prin succesiune) ; émoluments (salariul inaltilor functionari),

gage (garantie, gaj) ; gages (simbrie, plata unui servitor) ;

lumiÈre (lumina) ; lumiÈres (cunostinte) ;

menotte (manuta) ; menottes (catuse) ;

vacance (post neocupat) ; vacances (vacanta), etc.

4. dans le cas des objets bipartites, le singulier = objet A ; pluriel = objet A  ou plusieurs objets A:

pantalon/pantalons

moustache/moustaches

5. les noms collectifs sont au singulier, mÊme si leur contenu indique un pluriel :

le bétail ; la classe (les élÈves d’une classe).

La formation du pluriel

La plupart des noms forment le pluriel par l’addition d’un –s. Notons les cas particuliers :

- les noms en s, x, z restent invariables :

temps, noix, gaz

- les noms en -al ont -aux au pluriel :

tribunal, tribunaux

Remarque : Les mots suivants ont -s au pluriel : festival, bal, cérémonial, carnaval, récital, régal. Idéal fait idéaux ou idéals.

- les noms en -ail ont -aux au pluriel :

travail, travaux ; bail, baux

Remarque : Les mots suivants ont -s au pluriel : éventail, rail, chandail.

- les noms en - au, - eau ont -x au pluriel :

tuyau, tuyaux ; chapeau, chapeaux

- les noms en - eu ont -x au pluriel :  

jeu, jeux ; vœu, vœux

Remarque : Les mots suivants ont -s au pluriel : pneu, bleu.

- sept noms en - ou, dont genou, bijou, ont -x au pluriel ;

- quelques noms présentent un pluriel irrégulier :

œil, yeux ; ciel, cieux, etc.

Le pluriel des noms composés

Si le composé est écrit en un seul mot, il suit la rÈgle générale du pluriel :

un passeport, des passeports

Remarque : Notons les pluriels : Monsieur, Messieurs ; Madame, Mesdames ; Mademoiselle, Mesdemoiselles.

Dans le cas d’un composé détaché il faut analyser les éléments, car seuls les noms et les adjectifs prennent la marque du pluriel, les adverbes, les verbes, les prépositions restant invariables.

- nom + nom apposé ou coordonné au premier - les deux éléments varient :

idée(s)-force(s) ; avocat(s)-conseil(s) ;

- nom + nom subordonné - seul le nom régissant varie :

arc(s)-en-ciel ; clin(s)-d’œil ;

- nom + adjectif - les deux éléments varient :

sourd(s)-muet(s) ; coffre(s)-fort(s) ;



- verbe, adverbe ou préposition + nom - seul le nom peut varier si le sens le permet :

coupe-papier(s) ; haut-parleur(s) ; avant-scÈne(s)

- d’autres types de composés - restent invariables ;

des on-dit ; des ouÏ-dire.

Le pluriel des emprunts

La plupart des emprunts se sont francisés et suivent les rÈgles de formation du pluriel du français. Certains noms d’origine étrangÈre restent invariables ou subissent les transformations du pluriel propres à leur langue d’origine.

Restent invariables les mots latins ave, credo, Gloria, Magnificat, miserere, pater, requiem, Te Deum, duplicata (de duplicata littera, lettre doublée), addenda, errata, etc. Les mots latins en -um font le pluriel en -a, sans que le pluriel en -s soit exclu : maximum, maxima (maximums) ; minimum ; optimum ; sanatorium, symposium. Media représente un pluriel.

Les mots d’origine italienne en -e ou en -o ont le pluriel en -(carbonaro, carbonari) ou en -s (impresario, scénario, tempo) ; il y en a qui sont employés uniquement au pluriel : confetti, graffiti, macaroni, spaghetti, etc.

Les mots d’origine anglaise en deux consonnes ont -es au pluriel (flash, flashes ; miss, misses) ; les mots en -y ont -ies au pluriel (lady, ladies), alors que ceux en -man prennent -men au pluriel (barman, barmen ; sportsman, sportsmen).

LES DETERMINANTS DU NOM

1.L’ARTICLE

I. L’article défini

Formes

Genre et nombre

Forme

masculin singulier

le

Féminin singulier

la

singulier commençant par une voyelle, h muet

pluriel

les

II. L’article indéfini

Formes

Genre et nombre

Forme

masculin singulier

un

Féminin singulier

une

pluriel

des

III. L’article partitif

Formes

Genre et nombre

Forme

masculin singulier

du

Féminin singulier

de la

singulier commençant par une voyelle, h muet

de l’

pluriel

des

L’article partitif indique une quantité indéterminée (Je bois du lait) ou une partie prélevée à un ensemble (Je mange du pain). Il précÈde les noms abstraits (Il a du courage).

Les formes du, de la, de l’, des sont remplacées par de () quand :

1. la quantité est précisée (kilo ; verre ; trop ; beaucoup ; peu ; un peu ; assez ; suffisamment ; pas mal ; plus ; moins ; tant ; combien) :

Il boit de la biÈre. Il boit un verre de biÈre.

Je mange du chocolat. Je mange trop de chocolat.

Remarque : AprÈs la plupart et bien ayant le sens de beaucoup on met du, de la, de l’, des : la plupart des gens ; bien des gens.

Faites attention à une situation qui implique la présence de la préposition de et de l’article défini, facile à détecter si vous vous rapportez au roumain :

Vous trouverez beaucoup de livres dans cette bibliothÈque. (multe carti)

Vous trouverez beaucoup des livres recommandés par votre professeur. (multe din cartile)

2. le contexte est négatif :

Il prend de la soupe. Il ne prend pas de soupe.

Pas de café pour moi.

Remarque : Dans un contexte négatif l’article indéfini un, une, des sont eux aussi remplacés par de :

J’ai un crayon. Je n’ai pas de crayon.

Dans le cas d’une négation restrictive, qui n’affecte donc pas le nom contenu dans la phrase, il faut employer du, de la, de l’, des :

Il boit du vin. Il ne boit pas de vin. Il ne boit que du vin.

AprÈs c’est, ce sont on emploie également du, de la, de l’, des :

C’est du fromage. Ce n’est pas du fromage.

C’est un agenda. Ce n’est pas un agenda.

3. l’adjectif précÈde le nom :

des pommes rouges

de belles pommes

Remarque : Attention aux noms composés formés d’un adjectif et d’un nom, qui seront précédés de du, de la, de l’, des, vu qu’il ne s’agit pas dans ce cas d’un adjectif précédant un nom, mais d’un ensemble ayant une unité de sens :

des petits pains (chifle) ; de bons mots (cuvinte de spirit)

Faites attention à une situation qui implique la présence de la préposition de et de l’article défini, facile à détecter si vous vous rapportez au roumain :

Je voudrais manger de bon poisson. (niste peste bun)

Je voudrais manger du bon poisson acheté par Marie. (din pestele)

IV. L’article contracté

Le français n’a pas de déclinaison, comme le roumain, par exemple. Ce sont les prépositions ou la position du nom qui rendent compte du cas (de la fonction) du mot :

Mon ami est intelligent. sujet

J’aime mon ami. complément direct (accusatif)

Mon ami, les temps ont changé. vocatif

Je donne ce livre à mon ami. compl. indirect (datif)

Je te parle de mon ami. compl. indirect (accusatif avec préposition)

Les amis de mon ami sont mes amis. complément du nom (génitif)

Comme on peut le voir, c’est la préposition de qui réalise le génitif et la préposition à qui réalise le datif. Si le nom est précédé d’un article indéfini, d’un adjectif possessif (mon, ton, etc.), d’un adjectif démonstratif (ce, cette, etc.), de certains adjectifs indéfinis (tous, chaque, etc.), de certains numéraux (deux, vingt, etc.) ou bien s’il s’agit d’un nom propre il faut tout simplement employer de ou à pour obtenir le génitif ou respectivement le datif :

le cahier d’un élÈve ; les livres de mon collÈgue ; le stylo de cet étudiant ;

Je le donne à un élÈve, à mon collÈgue, à cet étudiant.

Par contre, quand le nom est accompagné de l’article défini, une contraction de celui-ci et de la préposition peut intervenir :

de + l’article défini

Genre et nombre

Article contracté

Exemple

Masculin

de + le > du

le livre du garçon

Féminin

de la

le livre de la fille

singulier en voyelle

de l’

le livre de l’étudiant

pluriel 

de + les > des

le livre des étudiants

à + l’article défini

Genre et nombre

Article contracté

Exemple

Masculin

à + le > au

Je donne le livre au garçon.

Féminin

à la

Je donne le livre à la fille.

singulier en voyelle

à l’

Je donne le livre à l’étudiant.

pluriel 

à + les > aux

Je donne le livre aux étudiants

Cette contraction se produit non seulement au génitif ou au datif, mais toutes les fois oÙ de et à se combinent avec l’article défini pour le masculin singulier et pour le pluriel (le, les) :

Je viens de Vienne.

Je viens du supermarché.

Je viens de la gare.

Je viens de l’université.

Je viens des halles.

Je vais à Vienne.

Je vais au supermarché.

Je vais à la gare.

Je vais à l’université.

Je vais aux halles.

Remarque : Les noms de personnes (noms propres, tels que Victor, les Dumas, etc., mais aussi des noms communs, tels que la mÈre, le notaire, etc.) sont précédés de chez quand ils indiquent le lieu (la en roumain) :

Je suis chez mon frÈre. (lieu) / Je parle à mon frÈre. (datif)

Je viens de chez le docteur. (lieu) / Je m’adresse au docteur. (datif)





Politica de confidentialitate



DISTRIBUIE DOCUMENTUL

Comentarii


Vizualizari: 591
Importanta: rank

Comenteaza documentul:

Te rugam sa te autentifici sau sa iti faci cont pentru a putea comenta

Creaza cont nou

Termeni si conditii de utilizare | Contact
© SCRIGROUP 2023 . All rights reserved

Distribuie URL

Adauga cod HTML in site