Scrigroup - Documente si articole

Username / Parola inexistente      

Home Documente Upload Resurse Alte limbi doc  


BulgaraCeha slovacaCroataEnglezaEstonaFinlandezaFranceza
GermanaItalianaLetonaLituanianaMaghiaraOlandezaPoloneza
SarbaSlovenaSpaniolaSuedezaTurcaUcraineana

AdministrationAnimauxArtComptabilitéDiversesDroitéducationélectronique
FilmsL'économieL'histoireL'informatiqueLa biologieLa géographieLa grammaireLa littérature
La médecineLa musiqueLa politiqueLa psychologieLa sociologieLe tourismeLes mathématiquesManagement
PersonnalitésPhysiqueRecettesSportTechnique

Le Louvre

le tourisme

+ Font mai mare | - Font mai mic



DOCUMENTE SIMILARE

Trimite pe Messenger


Le Louvre



Aujourd'hui, le nom du Louvre, dont l'origine est encore obscure, évoque pour la plus grande partie du public un mus e. Le fait que ces batiments abritent des chefs-d'œuvre leur porte en fait ombrage, car la plupart des visiteurs ne leur accordent, au mieux, qu'une attention distraite. Or, les batiments du Louvre, dont la consti dur sept siècles, sont l’un des chefes-d’œuvre de la culture et de l'art français. Leur aspect actuel, à la fois pr cis et confus comme celui d'un arbre g n alogique, a t dessin monarchie et par l'empire, chacun apportant son style propre, pour aboutir à l’un des ensembles architecturaux les plus vastes du monde.

Des fouilles récente permettent de connaitre Louvre à partir de ses origines,

c’est-à-dire du donjon de Philippe Auguste. La « tour du Louvre », comme on l'appelait alors, faissait partie du système d fensif mis en place par le roi en 1190-1210 : une forte enceinte, dirig e contre les Anglais et les Normands. Cette tour circulaire de 31 mètres de hauteur et de 15 mètres de diamètre à la base est fort bien mise en valeur aujourd'hui dans le nouvel am nagement du mus e. Deux id es directrices dirigèrent ensuite les constructions : l'achèvement d'une cour Carr e à l'emplacement du vieux Louvre, d cid e par François Ier, et le lancement de deux bras destin s à rejoindre par Catherine de M dicis.

La ville tait devenue au XVIe siècle la capitale de la France, et le roy se devait d’y résider : c'est ce qui d cida François Ier à raser en 1546 la forteressei m di vale pour se construire un palais au goût du jour. Le roi s’adressa à Pierre Lescot et au sculpteur Jean Goujon. L’œuvre des deux artistes ne fut achevée qu’à la fin du XVIe siècle et elle resta un modèle théorique, un noyau qui allait être infiniment copié et interprété.

On en voit la partie rest e inlacte à gauche la tour de l'Horloge : le rez-de-chaussé est constitué d'arcades à pilastres corinthiens, l’étage de fenêtres hautes à pila attique, de petites fenetres somptueusement sculptées. Trois avant-corps curvilignes rythment la façade. C'est là que Jean Goujon a concentr son effort, ainsi qn'au dernier etagé du batiment: les œils-de-bœuf qui ponctuent les dessus des portes sont ornés de figures de femmes à la tonique transparente et frissonante dont Goujon avail le secret et qui voque les célèbres nymphes de la fontaine des Inocents. Une frise d'enfants tendus et de guirlandes court sur l’entablement.

La deuxième grande campagne du Louvre fut lancée par Catherine de Médicis, qui voulait un palais ind pendan les Tuileries, relié au Louvre par une galerie longeant la Seine.Elle confia la tache en 1563 à Philibert Delorme. La construction fut reprise par Jean Bullant. Cette d cision devait commander l’avenir du Louvre, son importance et sa structure. L’ambitieux caprice de la souveraine d’origine italienne fut en effet suivi par une volonté réfléchie des rois de France, qui se sont efforcées de réaliser le « grand dessein » : la réunion du Louvre et des Tuileries.

Les souverains suivant allaient tenter de mener tantôt l'un ou l'autre des projets. Henri IV acheva la galerie du bord lie l'eau et construisit au bout le pavilion de Flore. Louis X III s’attaqua au vieux Louvre, qui ne comprenait des moitiés d'ailes de la cour Carée. Lemercier , architecte de la Sorbonne, construisit le pavillon de l’Horloge et la r plique sym trique de l'aile de Lescot. Louis XIV engagea Le Vau pour achever la cour : l’architecte. particulièrement scrupuleux, reprit les plans de Lescot pour les façades, et ceux de Lemercier pour les pavilions. Mais le Louvre de Louis XIV, c’est avnt tout la colonnade de Perrault qui, donnat accès à la cour Carrée, devait être la grande entrée du Louvre. Le grandiose péeristyle de douze colonnes corinthiennes accouplées est considéré comme l’un des plus majesteux symboles de l’architecture classique française.



Dès 1680 commença du Louvre avec le départ de la cour à Versailles. Au xviiie siècle, le Louvre fut en partie occupé par des artistes qui y avaient un atelier et, plus qu’un palais,il devint une sorte de caravansérail. Les souverains ne longèrent plus qu’aux Tuileries lors de leurs séjours dans la capitale. La R volution ouvrit l’ère des pillages et des destructions. En 1792, le palais fut assiégé par les émeutiers et pill de fond en comble. Le pouvoir ex cutif r volutionnaire s’installa dans le palais du Louvre.

Les travaux reprient avec Bonaparte qui voulut ressusiter le « grand dessein » des rois. Dès qu’il se fût proclamé empereur, il chargea Percier et Fontaine d'achever les deux galeries. Là encore, le principe de l'unit architecturale fut appliqu : la façade sur les quais de la Seine fut une r plique de celles construites sous Henri IV. Napol on III, avec Visconti et Lefuel, acheva la galerie nord, ajoutant des batiments aux bras des galeries, et perçant les guichets. Mais au moment où le 'grand dessein' allait enfin être achev , les Tuileries disparurent, incendi es par la Commune en mai 1871, puis d molies après un vote de la Chambre des d put s en 1882.

Alors, le projet fut abandonn , faute de pouvoir r aliser le 'grand dessein', et l'on entreprit de faire du Louvre un 'grand mus e'. François Ier avait, le premier, rassembl dans son palais une collection artistique et son exemple avait t repris sous Louis XIII. Le 'cabinet du Roi' avait ensuite t consid rablement enrichi par Colbert. Ainsi a la mort de Louis XIV, deux mille cinq cents tableaux ornaient les palais royaux. L'id e d'un mus e, envisag e sous Louis XIV, fut finalement r alis e à la Convention : le 10 août 1793, la Grande Galerie fut ouverte au public. Et, presque deux cents ans plus tard, le grand mus e prend enfin corps dans le 'Grand Louvre' en cours d'am nagement.






Politica de confidentialitate



DISTRIBUIE DOCUMENTUL

Comentarii


Vizualizari: 1590
Importanta: rank

Comenteaza documentul:

Te rugam sa te autentifici sau sa iti faci cont pentru a putea comenta

Creaza cont nou

Termeni si conditii de utilizare | Contact
© SCRIGROUP 2022 . All rights reserved

Distribuie URL

Adauga cod HTML in site